Célia, Le Jour ou La Magie s'éveilla

Et si un jour La Magie déferlait sur le monde que nous connaissons..?
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [France, Oradour-sur-Glane] Le centre

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Camille Labarrière
Magicien Réciteur
avatar

Nombre de messages : 123
Age : 31
Date d'inscription : 04/05/2006

MessageSujet: [France, Oradour-sur-Glane] Le centre   Sam 20 Mai - 16:43

Camille attendait dans le couloir. De la fenêtre, il pouvait voir la pluie s'étendre sur les ruines de cet ancien village. Cet ancien village qui avait vu s'abattre sur lui l'injustice humaine. Le 10 Juin 1944, les 644 habitants étaient fusillés sous un prétexte fallacieux. Un des livres d'histoire de la bibliothèque disait que selon Robin Mackness (en 1987), des maquisards aurait pris 60kg d'or à l'armée allemande. Il y avait pourtant 4 Oradour dans la région, ce village avait peut être été confondu.

-Camille. Ton père est là.

Il sortit de ses pensées dans une sorte de sursaut. Le surveillant n'était pas méchant, mais il était payé pour être sévère avec les jeunes.

En rentrant dans la petite pièce close, sous le regard inquisiteur d'un garde, Camille fit un bref sourire à son père et s'assit à la table, face à lui.

-Vous avez dix minutes, comme d'habitude.

Le surveillant sortit en fermant la porte derrière lui, les laissant seuls, à trois. Camille et son père étaient génés de ne pas pouvoir discuter en privé. depuis 9 ans qu'il était là, pas une seule fois Camille n'avait pu discuter librement avec son père. Oh, ce n'était pas l'inquisition, mais on ne leur faisait pas de cadeaux.

-Bonjour Camille.

-Bonjour papa.

Sourire géné, comme d'ordinaire. Le père de Camille n'arrivait plus à se débrouiller depuis que cette histoire leur était tombé dessus. Ses employeurs finissait inlassablement par découvrir la vérité et il devait toujours trouver un autre travail.

-Bientôt. C'est bientôt finit. A ta majorité, ils te laisserons sortir, ils l'ont promis.

Bernard regarda son fils avec une lueur d'espoir dans les yeux. Il lui prit les mains jointes et les serra. Le gardien haussa un sourcil et fit un pas en avant.

-Oui.

Camille venait de retirer ses mains pour que le garde recule. Cette poignée lui avait tout de même redonné courage.

-Demain, oui, demain, je m'en irais.


Le père semblait géné, il se remuait sur sa chaise. Son fils ne savait pas quoi répondre. Cela faisait des années qu'ils ne pouvaient plus rien se dire. Et il en avait perdu l'habitude, bien que son père fasse toujours un effort.

-Tu...

-A 18h.... à 18h il faut que je passe un entretien en Dordogne.

-Tu t'en va alors...

-C'est une porte de sortie. J'en suis persuadé, oui, c'est une porte de sortie.

-Tu reviens quand?

-Bientôt. J'ai un ami qui va m'aider. Oui, un ami va m'aider.

Il était vraiment géné. Et il eu un sourire peiné quand le surveillant ouvrit la porte.

-C'est l'heure.

Camille se releva. Et recula doucement jusqu'à la porte de sortie, la mine songeuse. Le père regardait son fils partir dans un geste d'impuissance. Les dix minutes de bonheur journalier étaient terminées.


Dernière édition par le Lun 25 Sep - 14:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camille Labarrière
Magicien Réciteur
avatar

Nombre de messages : 123
Age : 31
Date d'inscription : 04/05/2006

MessageSujet: Re: [France, Oradour-sur-Glane] Le centre   Ven 26 Mai - 17:52

Camille se promenait maintenant dans les couloirs. La visite avait eu lieu il y quelques heures, et le repas du soir allait bientôt être servit.

Les autres "magiciens" qui étaient avec lui dans cet établissement avaient subit la même loi Villepin. Plus de sécurité, plus de confiance. Mais pour avoir tout cela, il fallait protéger la population des magiciens les plus jeunes.

Il y a 7 ans, la loi est passé et des Collèges Lycées ont vu le jours. Certains appellent cela des Centres, mais il s'agissait avant tout de leurs apprendre à se servir de tout cela. Officiellement bien-sûr. Car offisieusement, les dirigeants de ces établissements ne tienne pas compte de ses enseignements...

-Camille. Viens avec les autres.

Sortant de ses pensés, Camille rejoignit ses camarades dans le réfectoire. Il hésitait à leur dire ce que projetait son père.

Les surveillants, leur baton à la main, déambulaient dans les rangées.

-José! Chuchota Camille

Celui-ci se retourna vers son ami, il le regardait sans rien dire. Evidemment, il était muet. José lui fit signe qu'il écoutait.

-On s'en va demain José! Prévient les autres.

-Silence Mr Labarrière.

La voix du surveillant se fit entendre à l'autre bout de la rangée.Camille se tourna vers son assiette. Il espèrait qu'il n'avait rien entendu.

José regardait déjà son assiette. Ses yeux étaient dans le vague. Il était mentaliste et arrivait à communiquer par la pensé. Comme le professeur Xavier dans X-Men. Pas de chance... Le surveillant regardait dans sa direction. Il s'approchat et frappa de sa canne.

-Mr Minnel! Pas de ça ici!

C'est ainsi que l'on bride les pouvoirs des magiciens. En leur faisant mal. Camille s'étrangla d'indignement, mais ne dit rien. Pauvre José. Tout cela par sa faute.


Dernière édition par le Lun 25 Sep - 14:49, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camille Labarrière
Magicien Réciteur
avatar

Nombre de messages : 123
Age : 31
Date d'inscription : 04/05/2006

MessageSujet: Re: [France, Oradour-sur-Glane] Le centre   Dim 11 Juin - 18:25

En fin de compte, le repas s'était terminé dans le silence, comme d'habitude. José et Camille étaient punis. "Bavardages" avait-on dit. Le ménage, se serait à eux de le faire, la vaisselle de tous les pensionnaires aussi.

-Et interdit d'utiliser vos pouvoir ici.

Le surveillant était derrière eux. La menace de la canne était constante. José ne pouvait plus s'exprimer que par geste. A quoi lui servait donc son pouvoir alors?

Trois heures. C'est le temps qu'il leur fallu pour faire le ménage dans tout le refectoire. Pas qu'il était grand, non. Mais le surveilant voulait que chaque recoin soit propre. Il les racompagna par la suite à leur chambre les faisant avancer le plus vite possible. Il voulait aller dormir lui aussi.

-Bonne nuit José. se risqua à lancer Camille.

Le surveillant ne dit rien. José rentra dans sa chambre, enfin libre de ses mouvement. Il se coucha sur le lit du haut. Les autres ne lui posèrent pas de question, ils l'évitaient et savaient qu'ils auraient des réponses de toute façons.

Camille rentra dans sa chambre. Le surveillant s'en alla pour se coucher, aprés avoir vérifié que la porte se refermait derrière l'adolescent...

-Ah... Enfin libre de dormir. Saleté de boulot.

Tranquilement, Camille se coucha et imagina. La nuit était le seul moment où chacun était libre de faire ce qu'il souhaitait dans sa chambre, sans déranger les voisins. Parce que le règlement officieux n'autorisait normallement pas ce "genre" de choses.

Tout au long de la nuit, José chercha mentalement tout les élèves et leur informa de ce que lui avait dit Camille. Tout au long de la nuit, il risquait d'être puni si l'un de ses amis le dénoncait ou si un surveilant ouvrait la porte et le voyait concentré.

Tout au long de la nuit, José et Camille s'épuisaient mentalement. Tout au long de la nuit, Camille apprenait toujours un peu mieux à se contrôler et risquait aussi de se faire punir.

Tous les deux risquaient, tout au long de cette longue nuit d'attente, de se faire prende. D'ailleur, tous les élèves n'étaient pas sûr de ne pas se faire punir...


Dernière édition par le Lun 25 Sep - 14:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camille Labarrière
Magicien Réciteur
avatar

Nombre de messages : 123
Age : 31
Date d'inscription : 04/05/2006

MessageSujet: Re: [France, Oradour-sur-Glane] Le centre   Lun 12 Juin - 12:59

C'est avec grands fracas que les adolescents se réveillèrent ce matin là. Comme d'habitude à dire vrai. Une sonnette d'alarme se trouvait dans chaque chambre, et sonnait, toujours stridente. Les matins au centre étaient toujours désagréable. Levé à 6 h 45 pour déjeuner et aller en cours...

La nourriture n'était guère excellente non plus, monsieur le directeur préférait employer l'argent qui lui était attribué à des taches plus honorables, comme renforcer le système de sécurité, parce que "On ne sait jamais ce qui peut leur passer par la tête à ces maudits magiciens!".

Le surveillant, lui n'osait pas s'en pleindre. Il trouvait que c'était exagérer ce genre de contraintes, mais il ne soufflait mot. Son petit frère était un de ces "magiciens", et, de fait, il n'avait pas trouvé d'autre travail...

Camille et ses amis se doucheraient à midi. Bizard sans doute, mais tous les surveillants ne seraient disponible qu'à se moment là, et les gardien étaient présents peu de temps dans la journée. Il fallait en profiter.

Quant aux cours, n'en disons rien. Vous le verrez plus tard, ils ne nous interessent peu dans cette histoire.

-Camille. Mme Grace veut te voir.

Mme Grace était la sous directrice. Le surveillant ne l'appréciait pas lui non plus, et c'est avec un léger soupir qu'il prononca cette phrase.

Camille sursauta en s'habillant. Son ventre grondait encore malgrès son petit déjeuner. Il suivit le surveillant dans les couloirs du lycée, en espérant que Mme Grace ne lui prendrait pas trop longtemps. Les professeurs étaient désagréables lorsque les élèves arrivaient en retard, quel que soit le motif.

Le surveillant frappa à la porte. Le nez de la secrétaire à chignon, lunettes des années 50, robe des mêmes années... apparu à la porte.

-... moui? Vous désirez?

Ses yeux teintés de mascara glissèrent d'un visage à l'autre, puis reconnaissant en Camille le garçon que Mme Grace voulait voir, elle écarta plus grand la porte. Le surveillant allait bafouiller une réponse lorsque la main osseuse de la secrétaire osa le toucher et le faire reculer.

-Pas la peine, je sais qui c'est. Vous pouvez vous en aller, je me charge de la suite.

Camille sentit ses doigts osseux serrer son épaule pour le faire rentrer dans son bureau de secrétaire des années 50'.


Dernière édition par le Jeu 19 Oct - 13:29, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camille Labarrière
Magicien Réciteur
avatar

Nombre de messages : 123
Age : 31
Date d'inscription : 04/05/2006

MessageSujet: Re: [France, Oradour-sur-Glane] Le centre   Mer 14 Juin - 20:28

Mme Grace était assise devant son bureau. Probablement de chez IKEA comme tout ce qui remplissait cette pièce. Elle fixait un endroit derrière une armoire quand son regard fut attiré par l'entrée de Camille.

-Mme Grace. Voilà l'élève.

La secrétaire venait de prononcer ces mots comme si elle se brulait les mains en poussant un chariot de braise...

-Merci Mme Crottal. Vous pouvez nous laisser.

A ces mots, la secrétaire se raidit. Sa peur était que son nom fasse le tour de la cour pour qu'elle soit la risée de tous les élèves. Du moins était-ce ce qu'elle pensait, et c'est d'un regard noir lancé vers Camille qu'elle quitta la pièce.

Mme Grace quitta son bureau et se dirigea vers une petite commode. Une cafetière lancait des signaux de lunière rouges, tandis que de la fumée s'échappait de l'appareil. Prenant une tasse sur le coté, elle se servit un verre de café noir.

-Mr Glattre nous a prevenu de vos intrigues Mr Labarrière. Il semblerait que cette nuit Mr Minnel l'ai dérangé dans son sommeil...

La poitrine de Camille fit un bond. C'était donc Quentin qui était derrière l'armoire!

Celui-ci s'avanca, penaud, et lanca un regard contrit à son camarade. Mme Grace ne s'en émut pas.

-Vous pouvez sortir Camille. Vous serez de corvée jusqu'a la fin de la semaine.

L'adolescent grinca les dents. Il ne comptait pas les faire de toute facons ces corvées...

-Vous êtes aussi punis Mr Glattre. On ne dénonce pas impunément un camarade.

Elle ne leur adressa plus la parole, se contentant de les regarder jusqu'à ce qu'ils sortent en bredouillant des excuses. Losqu'ils fermèrent la porte, elle se sentie victorieuse. Un grand sourire éclairait son visage, tandis qu'ils partaient, abattus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camille Labarrière
Magicien Réciteur
avatar

Nombre de messages : 123
Age : 31
Date d'inscription : 04/05/2006

MessageSujet: Re: [France, Oradour-sur-Glane] Le centre   Ven 16 Juin - 21:31

-Je n'accepte pas les retards.

Mr Trudon, professeur de mathématiques, continuait de râler aprés ses élèves. Camille et Quentin s'étaient assis depuis 5 bonnes minutes, mais Mr Trudon finissait juste sa morale. Il souffla puis se retourna vers le tableau noir, maudissant ces élèves qui ne respectaient jamais les horaires. Son gilet, sur sa chemise à carreaux, et son pantalon en velour n'étaient pas non plus trés à la "mode"...

Camille sortit son cahier et s'appreta à passer une heure et demi de mathématiques soporifiques.

-Donc, si f(x)=26x²-15x+7 on doit commencer par calculer le discriminant delta. Rappelez moi la formule je vous pris.

Mais bien qu'un ou deux élèves se risquèrent à lever la main, il ne les regarda pas. Toujours le dos tourné, il continua son cours.

-Delta équivaut à b²-4(ac). On a donc (-15)² - 4 facteur de 26 fois 7. Ce qui fait 225 - 4 (182). Le résultat est négatif, ne cherchons pas plus loin, il ne faut pas être attardé pour comprendre qu'il n'y a pas de solution à cette équation.

Et c'est un cours monotone que débita Mr Trudon ce jour là, comme à son habitude. A vrai dire, dans cet établissement, tout était monotone.

Cela tombait sous le sens. Il ne fallait pas que les élèves ai l'impression que la pression soit relaché. Vigilance constante! comme diraient certains. Ces petits magiciens ne doivent pas pouvoir utiliser leurs... "dons".

Le cahier de Camille était rempli de petits dessins. José, qui était à la même table que lui, utilisait ce genre de dessins pour donner ses impressions. Et c'est bien par hasard que le cahier de Camille était devenu le centre d'expression de son ami. A vrai dire, Camille préférait se noyer dans son imaginaire et n'écrivait donc pas sur son cahier. Et pour donner l'illusion à Mr Trudon qu'il travaillait, rien de mieux que de remplir les pages... Et José était devenu maître en la matière.

Camille était d'humeur pensive aujourd'hui. Il s'avait que Mme Grace s'avait quelque chose, mais il ne savait pas quoi. De toute façon, elle ne pouvais pas en savoir plus que ce que José avait dévoilé à Quentin. Heureusement que Camille n'avait pas eu le temps d'en raconter d'avantage à José. Dans son souci de bien faire, il aurait était capable d'en dire un maximum aux autres camarades de classe.

C'est ainsi que Camille passa l'heure. Regardant les dessins de Josés, analysant les gesticulations du professeur devant son tableau noir, réfléchissant sur la manière de s'évader correctement, et pensant que finallement, le temps passerait bien assez vite...

-Bien. Pour demain, vous me ferez les pages 45 et 46 de votre manuel. Et Manuel, vous n'êtes pas dispensé.

Décidemment, Mr Trudon en cette fin de cours pensait faire de l'humour... "fin".


Dernière édition par le Dim 17 Sep - 16:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camille Labarrière
Magicien Réciteur
avatar

Nombre de messages : 123
Age : 31
Date d'inscription : 04/05/2006

MessageSujet: Re: [France, Oradour-sur-Glane] Le centre   Sam 15 Juil - 15:34

Vers deux heures, tandis que la sonnerie s'apprétait à retentir, Camille se dirigea vers un espace particulier de la cour. Il s'agissait d'un petit préau situé entre deux batiments. Cinq mètre les séparaient tandis que la profondeur du préau devait mesurer une dizaine de mètre tout au plus...

Un véritable petit espace de 50 mètres carrés... qui jouxtait le portail d'entré du Centre.

En s'approchant du préau, proche du Bureau de la Vie Scolaire (BVS), Camille se retourna. Seul une fille, rousse, le regardait. Il ne s'en soucia pas et s'enfonca dans un couloir, pour se poster derrière un mur.

Il ferma les yeux et repensa à sa matinée. La prof d'histoire était aussi lamentable que Mr Trudon. Au moindre bruit, elle ne pouvait s'empécher de tressauter. La peur du magicien était plus forte que sa raison.

Le repas de midi était comme tout les autres, morne, et sans intéré, même au point de vue gustatif. Les douches étaient prises d'assaut par les élèves, comme d'ordinaire. Camille attendrait donc le soir pour se doucher.

Il s'interrompit dans ses pensées, la jeune fille rousse lui faisant face.

-Alors Camille? C'est pour maintenant?

Il ne répondit pas. Elébor pourrait toujours leur être utile. Il n'y avait pas de raison de la renvoyer. Elle aimait José. Il n'en était peut-être pas conscient, mais c'est lui qu'elle regardait tout le temps.

Dans le réfectoire, en cours, ou même là, à l'instant, alors qu'il arrivait aussi pour se cacher avec Camille.

La cloche sonna.

Dans un quart d'heure, les surveillants seraient au courant que Camille, José et Elébor sont introuvable. Un quart d'heure plus tard, ils seraient démasqué. Ils n'avaient donc aucun moment à perdre.

Elébor était une signeuse. Son pouvoir consistait à condenser l'eau. Il était éprouvant, mais quand on aime, on ne compte pas. Elle allait donc tout faire pour aider ses camarades.

José ne pouvait pas faire grand chose. Ses cheveux bruns et sont regard noir ne pourrait pas vraiment être utiles. Quant à son pouvoir, il servirait de cloche d'alarme.

Camille devait se concentrer. Un porte de métal ornait le fond du préau. La sortie était par là. Un alliage de cuivre, de zinc, de fer et de plomb faisait de cette porte un gigantesque morceau de métal condensé. La lourdeur de la porte, et son épaisseur, étaient sans nul doute, le plus gros problème de Camille. Il devrait trouver le moyen de la rendre plus fine, plus lègère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camille Labarrière
Magicien Réciteur
avatar

Nombre de messages : 123
Age : 31
Date d'inscription : 04/05/2006

MessageSujet: Re: [France, Oradour-sur-Glane] Le centre   Ven 21 Juil - 17:08

14h.

Camille s'assit devant la porte. Il ferma les yeux, les ouvrit, et regarda sa proie. Il se concentra. Pensa de toute ses forces que devant lui, la barrière vers la liberté perdait petit à petit consistance.

Elébor se rapprocha de l'extrémité du préau. Elle avait en tête de faire une barrière de glace. Elle ne l'avait jamais fait, mais quand on aime, on ne compte pas... Elle se tourna vers José, et pris son marqueur. Face au mur, elle comenca à dessiner, ou plutot, à écrire.

"Rum Ecalg Iorap Uae Noitcetorp Resnednoc Rum Ecalg Iorap Uae Noitcetorp Resnednoc..."

José regardait Camille. Il n'avait pas vu Elébor se tourner vers lui dans un triste regard. Il ne servait pas à grand chose pour le moment. Il fallait attendre l'alerte.

14h 9.

Camille faisait des efforts depuis prés de 10 minutes. Il commencait à avoir soif. Devant lui, la porte ne semblait pas avoir bougé. La surface était bien trop grande...

Elébor avait fini de faire une rangé d'écriture. Les cinq mètres séparant les murs étaient remplis des mêmes inscriptions. Plus deux mètres sur chacun des murs pour pouvoir faire une paroie solide, fixée sur le sol et les cotés.

José ne bougeait pas. Toujours. Il voyait bien que Camille avait des difficultés, mais il ne pouvait pas l'aider. Il se contentait d'espérer.

14h 15.

Les surveillants avaient fait le tour des classes. Le bureau de la vie scolaire, prés de l'endroit du méfait des trois jeunes magiciens était en effervescence. Il fallait les retrouver. Etant donné que Mme Grace avait mis au courant les Conseillers Principaux d'Education (CPE) que les trois jeunes gens voulaient s'évader, ils devaient vite les retrouver. A leurs risques et périls. A leurs risques puérils...

Elébor n'avait même pas finit la deuxième ligne de dessin. elle se crispait sur son marqueur qui ramassait la poussière et peinait à écrire. La tension montait.

Camille n'avancait pas vraiment. Des perles de sueur prenaient naissance au racines de ses cheveux. La porte, en soi, n'avait pas bougé. son travail restait pour le moment inefficace.

José, était terriblement inquiet. Ca allait être à son tour de jouer. Ca allait être tendu. A dire vrai, l'atmosphère était pénible. Les surveillant allaient arriver, et aucunne protection n'était encore mis en place...


Dernière édition par le Dim 17 Sep - 16:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camille Labarrière
Magicien Réciteur
avatar

Nombre de messages : 123
Age : 31
Date d'inscription : 04/05/2006

MessageSujet: Re: [France, Oradour-sur-Glane] Le centre   Lun 24 Juil - 22:50

14h 18.

Les survellants étaient partis de l'autre coté du Centre. Evidemment, qui immaginerait décemment que trois jeunes apprentis magiciens se risquerait à s'évader juste à coté du BVS. Non, ils étaient forcément à l'opposé.

Heureusement, C'est la dessus que Camille avait compté pour avoir un peu de répis.

Et justement, Elébor venait de terminer sa deuxième longue et laborieuse ligne d'écriture. Sa magie allait maintenant pouvoir être canalisée. Elle se concentra, ferma les yeux, et tendi les mains vers les lignes de symboles. Geste futile, mais nécessaire à sa concentration, cela lui permettait d'imaginer les flux de magie sortant de son corps, courant le long de ses bras et se posant avec force sur les symbole, aspirant l'air autour d'eux pour les condenser.

Camile et José sentirent le pouvoir déferler derrière eux. José la regarda et constata qué Elébor avait des ressources impressionnantes... mais elle ne tiendrait sans doute pas longtemps. Elle n'était pas performante...

Camille non plus. La sueur lui trempait le dos, son front était plissé sous l'effort, un mal de crane lancinant commencait à lui tarauder la cervelle. Avec un peu d'imagination, on pouvait apercevoir la porte luire faiblement à certain endroits... A dire vrai, la porte ne bougeait pas vraiment...

José savait à quoi s'attendre. L'un d'eux flanchirait. Et cela allait rater. Evidemment... Il regardait fébrilement, en attendant son tour, ses deux amis s'escrimer à un art qu'ils ne maitrisaient aps encore.

14h 25.

Dans cinq minutes, les surveillants se rendraient à l'évidence, ils avaient cherché au mauvais endroit. Ils avaient jusque là, fouillé les deux tiers du centre, recoins aprés recoins, mais les rcherches s'avéraient infructueuses...

Deux fines parois de glaces de moins d'un millimètre d'épaisseur se situées maintenant au niveau des lignes de dessins. Elébor savait que c'était insuffisant, qu'il se casserait comme du papier glace au moindre choc. Il fallait les épaissirent, voir faire rejoindre les deux parois, en diminuant leur espace de 5 cm.

C'était beaucoup de travaille pour Elébor, et José s'en rendait compte. Elle etait maintenant agenouillée, la tête pesant lourdement sur les épaules. José n'attendit pas plus. Pour qu'ils s'en sortent, il fallait protéger Camille. Il se rapprocha donc d'Elébor, et mis ses mains sur sa nuque. Autant pour la soulager du poid que pour lui fournir une énergie suplémentaire. Un courant froid le traversa, il tomba à genoux, mais Elébor tiendrait plus longtemps.

Camille étaient épuisé. Il savait qu'ils risquaient leurs vie, tout les trois. Il sentait que José c'était aussi lancé dans la bataille du pouvoir, mais il savait aussi que tout ceci serait désastreux, surtout si ils n'arrivaient pas à s'en sortir comme prévu...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camille Labarrière
Magicien Réciteur
avatar

Nombre de messages : 123
Age : 31
Date d'inscription : 04/05/2006

MessageSujet: Re: [France, Oradour-sur-Glane] Le centre   Ven 1 Sep - 20:25

14h 30.

Les surveillants arrivèrent sur place, découvrant avec stupeur un rideau de glace devant la sortie.

"Ils sont là! Prévenez les autres!"

Elébor avait presque terminée, un millimètre dépaisseur restait à remplir entre les deux paroies. Un seul petit millimètre dont dépendait leur sortie. Et leur victoire.

José la lacha, il avait un autre travail à faire. L'alerte avait était donnée à un camp, pas aux deux. Il se mit dans son coin, s'accrocha aux bareau d'une barrière de sécurité et ferma les yeux. Sa machoire se crispa, ses yeux se plissèrent sous l'effort, sa volonté se banda, et une phrase sortie. Une seule. Une seule et unique phrase répétée en boucle dans son cerveau.

"Il est l'heure. Il est l'heure. Il est l'heure. Il est l'heure. Il est l'..."

Ses muscles se crispèrent d'autant plus qu'il se forcait à trouver les cerveaux récepteur. Il sentit Camille, Elébor, Quentin, ses camarades de classes...

Petit à petit José élargissait son rayon d'action.

Petit à petit, il perdait le contrôle de ses actions.

Tout les élèves reçurent le message, mais aussi tous les professeurs, tout le personnel non enseignant, et rapidemment même, les personnes exterieures au Centre furent touchées.

Ces cris d'alertes internes dérangaient tout le monde. Ils étaient de plus en plus fort, de plus en plus nombreux, de plus en plus lointains.

Camille se retourna, il était dérangé par ce bruit que produisait José.

"José arrête, j'arrive plus à me concentrer!"

14h 35.

Ce fut la panique. Camille s'apercu vite que quelque chose clochait. José avait les bras coincés entre les barreaux de la barrière de sécurité. Agenouillé, la tête penchée en avant, du sang coulait sur ses habits. Et le cri ne s'arrêtait toujours pas.

Camille se redressa, courut jusqu'a José, et assi en face de lui, il lui releva la tête, inquiet.

"José..."

Il ne répondit pas. Camille s'alarma et gifla le pauvre garçon qui était déjà à terre. Mais cela ne suffit pas à faire reprendre ses esprit à son ami.

Son ami qui était en train de mourir pour une cause pourrie. Une cause qui changerait rien à leur monde de merde. Une mort stupide pour des gamins qui n'en vallent pas la peine.

Des larmes montèrent aux yeux de Camille. Du sang de José s'était glissé sur ses mains. Il s'était installé là quand il avait frappé son ami. du sang qui venait de l'oreille. José devenait blanc. Et Camille était persuadé d'avoir perdu son ami...

Peut-être était-ce plus qu'un ami. Ils rigolaient ensemble. Ils faisaient leurs devoir ensemble. Lorsque l'un allait mal, l'autre souffrait.

Camille était triste. Ses larmes roulaient sur ses joues. Ses mains souillées tenaient entre elle le visage de José. Le font contre le front. Le nez contre le nez.

"José..."

La bouche contre la bouche.

"Reviens... Je t'en supplie..."


Dernière édition par le Lun 25 Sep - 20:36, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camille Labarrière
Magicien Réciteur
avatar

Nombre de messages : 123
Age : 31
Date d'inscription : 04/05/2006

MessageSujet: Re: [France, Oradour-sur-Glane] Le centre   Dim 3 Sep - 1:15

14h 40.

Il n'y avait plus de bruit. Plus de paroles dans la tête de quiconque.

Cela ne pouvait signifier qu'une chose...

Camille n'eut pas le temps de s'attarder sur l'évènement. Déjà Elébor lui criait dessus.

"Camille! Qu'est-ce que tu fait? Je vais pas tenir longtemps!"


Elle n'avait rien remarqué pour José. Les larmes de Camilles s'arrétèrent, puis il se redressa. Plein d'une hargne nouvelle, prés à faire payer aux géoliers le sacrifice de son meileur ami.

Elébor avait de plus en plus de mal à finir sa paroie. Camille ne s'en soucia pas. Il se retourna vers la porte de sortie, et se concentra. La paroie vibra. Elle sembla vaciller sous le regard et l'effort intense de Camille.

Le petit Labarrière avait décider d'être le plus fort. Pour son ami. Pour José Minnel.

De l'autre côté de la glace, des professeurs tapaient sur la paroie.

Les quelques gardes du centre aidaient à la destruction de ce mur de glace.

Certains surveillant plus astucieux avaient pris des ciseaux ou des bouts de métal. Ils utilisaient même leur cannes qui habituellement ne servaient que pour les élèves.

Certaines tables avaient été sorties dans le but de les lancer contre la glace, mais un évènement imprévu était survenu. Un évenement de taille qui surprit tous les personnels...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camille Labarrière
Magicien Réciteur
avatar

Nombre de messages : 123
Age : 31
Date d'inscription : 04/05/2006

MessageSujet: Re: [France, Oradour-sur-Glane] Le centre   Dim 3 Sep - 1:54

14h 45

Depuis un quart d'heure déjà, les élèves se démenaient pour sortir de leurs classes. Tous ne comprenaient pas de quoi il s'agissait, mais les plus agités en profitèrent pour utiliser leur dons et mettre... la zone. Les plus réticents suivirent de bonnes grace quand ils comprirent qu'ils tenaient la leur chance de se venger. De quoi? Et bien... de ceux qui les empéchaient d'être totalement eux même.

Les professeurs faisaient ce qu'ils pouvaient pour maintenir ce fléau, mais leur effort furent vains.

En bas, dans la cour, Mme Grace fulminait auprés de surveillants qui mettaient trop de temps à son gout pour faire une percée dans la glace.

Deux gardiens prirent une chaise et s'en servirent de bélier. Un apprentit magicien marmonna un mot et un filet de pèche les empécha de continuer plus loin.

Mme Grace se retourna et cria un ordre en le montrant du doigt.

C'est ainsi que commenca un chantier en tout genre où chacun essayait de prendre le dessus.

Justin, l'apprentit magicien, se glissa sous une table. Les surveillants abandonnèrent le mur de glace et se ruèrent vers les élèves qui arrivaient en masse dans cette petite cour qui fut bientot pleine à craquer.

Guillaume fit un signe de la main, et Mme Grace se retrouva soudain sous un petit nuage de pluie, pour le plus grand bonheur des plus jeunes enfants et pour le plus grand malheur de celle-ci.

Mme Florence, professeur de sport athlétique, attrapa Quentin par le bras et le tira en arrière.

Quelques temps plus tard, elle était par terre, étalée par une Läetitia en livraison de sommeil réparateur...

Quentin cependant n'était pas du côté de tout le monde. Il s'approcha discrètement du mur de glace, et regardant Mme Grace, il fit un signe sur la glace.

Elle fondit sous l'effet du feu que libérait Mr Glatre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camille Labarrière
Magicien Réciteur
avatar

Nombre de messages : 123
Age : 31
Date d'inscription : 04/05/2006

MessageSujet: Re: [France, Oradour-sur-Glane] Le centre   Dim 17 Sep - 16:38

14h 50.

Mme Grace n'était vraiment pas contente, mais alors pas contente du tout. La situation lui échappait, et son supèrieur n'allait pas apprécier...

Cependant un sourire illumina son visage lorsqu'elle se rendit compte que Quentin Glâtre lui machait le travail. Un sourire qui vira cependant au jaune lorsqu'elle se rendit compte que le jeune garçon en question ne faisait que passer sa main dans l'orifice qu'il venait de creuser.

Elle courut vers lui, tendit la main pour lui attraper le bras, et oh stupeur, se retrouva dix mètres en arrière à essayer d'attraper le vide. La Justine en question sourit et partit voir un autre enseignant pour lui faire subir le même sort.

Mmme Grace n'en put plus, Son nuage se deversant toujours au dessus d'elle.

"Attrapez les!!" Hurla-t-elle.

Quentin Glâtre quant à lui, poussa un soupir de soulagement, retira son bras de l'orifice et partit se cacher dans les toilettes. Sûreté oblige...

Les autres magiciens apprentit semaient la pagaille pour leur plus grand bonheur, tandis qu'Elébor reformait le mur de glace derrière le passage de Quentin.

Il leur avait passé des clés.

"Des clès? Mais de quoi?"


"Pour la porte" leur avait-il dit.

Il était ensuite partit rapidement sans demander son reste.

Evidement, pour ouvrir une porte, c'est toujours mieux quand on a des clés.


Dernière édition par le Lun 25 Sep - 20:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camille Labarrière
Magicien Réciteur
avatar

Nombre de messages : 123
Age : 31
Date d'inscription : 04/05/2006

MessageSujet: Re: [France, Oradour-sur-Glane] Le centre   Mer 20 Sep - 15:42

14h 55.

Elébor venait de fermer le trou fait dans la glace. Elle était épuisée, trés épuisée. Elle se pencha vers la clé, et avanca lentement, à quatre pattes.

Ses dons l'avaient plus fatigué qu'elle ne le pensait. Elle attrapa la clé, et se tourna vers Camille, toujours concentré face a la sortie. Elle ne voyait que son dos, crispé. Mais ce qui l'a surpris plus que tout, c'est de voir le corps inerte de José sur les barrières de sécurité.

Elle ne pensa plus a sa fatigue. Plus du tout.

Elle se rua vers José, le visage afféré.

"José?! José?! Tu m'entends?!"

Ce ne fut pas lui qui répondit. Camille était en colére. Cela se sentait.

"Ils l'ont tué. Ils l'ont tué Elébor. Tu te rend compte? A cause de leur attitude de maîtres du monde, ils l'ont tué. Mais ça ne durera pas, crois moi Elébor. Il vont vite déchanter..."

Ses bras, levés comme si il implorait le ciel, étaient agités de spasmes. Il ne souhaitait plus être discret, et faire disparaitre la porte. Non.

Il souhaitait tout simplement faire mal, que la porte explose, en petits morceaux. Des tous petits morceaux qui rentrent dans la chair et qui font souffrir. Des petits morceaux de métal qui ne peuvent pas être enlevés. Et qui font supurer les plaies.


Dernière édition par le Mar 26 Sep - 20:33, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camille Labarrière
Magicien Réciteur
avatar

Nombre de messages : 123
Age : 31
Date d'inscription : 04/05/2006

MessageSujet: Re: [France, Oradour-sur-Glane] Le centre   Mer 20 Sep - 20:43

14h 57.

Elébor avait peur. Peur du mal que pourrait faire Camille. Peur pour elle. Peur de ne plus jamais pouvoir parler à José... Mais surtout, elle avait peur de perdre le Camille qu'elle connaissait.

"Arrête! Camille, tu va te faire du mal."

Elébor s'approcha de lui, dans son dos.

Camille ne bougeait pas. Ses pensées étaient exclusivement tournées vers son action. Une action que lui non plus contrôlait de moins en moins. Il savait qu'Elébor approchait, mais il la laissa venir.

Il la laissa se mettre dans son dos et lui baisser les bras.

Une larme roula sur ses yeux, réalisant à quel point il était imbécile. Imbécile d'avoir fait suivre tout le monde sur ses traces.

Imbécile d'avoir causé la mort de José, et peut-être de celle de plusieurs autres camarades. Alors que tout le monde pourrait être en cours, tranquilement, à suivre ce que disait le professeur.

"Je suis lamentable hein Elébor?..."

Elle s'approcha de lui, se cala contre son épaule, et lui prit ses mains. Tous deux, ils tombèrent à genoux. Tristes. Elébor murmura:

"On peut partir. J'ai les clés. Tu entends? On va s'en sortir. Grâce à toi."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camille Labarrière
Magicien Réciteur
avatar

Nombre de messages : 123
Age : 31
Date d'inscription : 04/05/2006

MessageSujet: Re: [France, Oradour-sur-Glane] Le centre   Mar 3 Oct - 20:59

15h.

Elébor tenait toujours Camille dans ses bras. La main ferme tenait la clé. La clé rouge. Avec une étiquette jaune. Elle ne la lacherait pas. Il fallait tenir. Jusqu'à la fin.

"Camille. Lève toi maintenant..."

Camille avachie, releva la tête et regarda la porte. Ils allaient sortir. Mais pas maintenant. Ce n'était pas encore l'heure. Elle viendrait quand... il serait temps.

Camille sécha ses larmes et se redressa, il allait avoir besoin de toutes ses forces dans la bataille a venir.

Il se figea.

Elébor criait. Elle agita la main, et lacha la clé. Une clé? Oh non... C'était un gros lézard. Un lézard visqueux qui se débattait et qui se faufillait dans les manches d'Elébor. Un lézard qui n'en avait pas fini avec cette tendre et fraiche...

Un cri puissant. Strident.

"HHHHiiiiiiiiiii..."


Dernière édition par le Lun 16 Oct - 20:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camille Labarrière
Magicien Réciteur
avatar

Nombre de messages : 123
Age : 31
Date d'inscription : 04/05/2006

MessageSujet: Re: [France, Oradour-sur-Glane] Le centre   Mar 3 Oct - 21:14

6h 45.

"HHHHiiiiiiiiiii..."

Camille se reveilla en sursaut. Autour de lui, ses camarades murmuraient. Il cligna des yeux et passa sa tête hors des couvertures. Ils étaient debout.

"C'est Elébor..."

"Il aurait pas dû lui faire ça. Il va le regretter. C'est une vraie furie quand elle s'y met."

"...mettre un rat dans sa trousse de toilette... Faut être timbré."

Camille ouvrit grand les yeux. Tout ceci n'était qu'un rêve. Evidemment, c'était absurde aussi... S'évader n'a jamais été une bonne solution. Et heureusement, José était toujours en vie.

Un sourire effleura ses lèvres tandis que ses compagnons continuaient leur discution.

Soudain, Arthur se retourna.

"Ah. Tu est réveillé. Pourquoi tu sourit? C'est pas ta copine Elébor?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camille Labarrière
Magicien Réciteur
avatar

Nombre de messages : 123
Age : 31
Date d'inscription : 04/05/2006

MessageSujet: Re: [France, Oradour-sur-Glane] Le centre   Mer 11 Oct - 21:57

"Si Si... C'est mon amie."

Camille sortit de ses draps et se dirigea vers la porte, oubliant tout de son rêve. Enfin presque.

"Qui c'est qui lui a mit un rat dans sa trousse de toilette?"

"Quentin le Balourd." répondit Arthur.

"C'est vraiment un gland..."

Il se tourna vers son lit et entreprit de se préparer. Les autres aussi. Au loin dans le couloir, les filles pouffaient de rire. Et Elébor rouspétait aprés tous ceux qu'elle trouvait.

"Allez Camille. Prépare toi. Il parait qu'il se passe quelque chose aujourd'hui."

Camille ne releva pas. Que pouvait-il bien se passer aujourd'hui? Et quand son rêve avait-il commencé?

Sa réponse, il ne l'eut que lorsqu'on frappa à la porte.

"Entrez."

Il s'agissait de Mr Glattre. Mr Quentin Glattre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camille Labarrière
Magicien Réciteur
avatar

Nombre de messages : 123
Age : 31
Date d'inscription : 04/05/2006

MessageSujet: Re: [France, Oradour-sur-Glane] Le centre   Ven 13 Oct - 18:55

"Camille, est-ce que je peux te parler?"

Camille se retourna. Quentin n'avait pas l'air fière. Evidemment, tout le monde le regardait.

"Un rat... pfff"

La remarque d'Arthur fit comme un froid. Quentin n'était pas en terrain amical par ici.

Le ventre de Mr Glattre se tortilla, et il jeta un regard géné aux garçons atndis que ceux-ci lui tournaient volontairement le dos. Sauf Camille.

"S'il te plait Camille."

"Sortons."

Il voulait bien répondre Camille. Mais il était bien pensif. Tout cela se passait vite pour lui. Trop vite.

La visite de son père, la nouvelle, Mme Grace ou le rêve de Mme Grace, et le reste, jusuq'au réveil forcé, et l'arrivée impromptu de Quentin.

Il allait falloir y mettre un peu d'ordre dans tout ce bazard.


Dernière édition par le Mar 17 Oct - 10:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camille Labarrière
Magicien Réciteur
avatar

Nombre de messages : 123
Age : 31
Date d'inscription : 04/05/2006

MessageSujet: Re: [France, Oradour-sur-Glane] Le centre   Lun 16 Oct - 20:07

Quentin sorti, suivit de prés par l'ami d'Elébor.

Les élèves circulaient autour d'eux, mais ils se préparaient, trop occupé à écouter quoique ce soit.

"Vas-y. Je t'écoute. Pourquoi tu as fait ca?"

Quentin se crispa, si peu avide de raconter tous les détails. Il regarda autour de lui, puis tourna la tête vers la porte de la chambre.

"C'est que... On peut aller ailleurs?"

Le jeune garçon avait l'air de vouloir parler, et cela étonnait grandement Camille. Quentin qui avait, dés le début, décidé que l'intéressé ne serait pas son ami, il semblait aujourd'hui prés à changer d'opinion.

Mais il n'avait surtout pas envie que tout le monde les entendent et Camille s'en rendit compte. Si il acceptait sa demande, Mr Glattre s'en verrait soulagé.

Mais cette requête lui paraissait stupide. Quentin n'avait sûrement rien d'important à lui dire, c'est pour ca qu'il lui fit un geste d'agacement.

"On est pas amis. Et aprés ce que tu vient de faire à Elébor, je ne vois pas pourquoi on se bougerait."

Le jeune garçon comprit. Il n'aurait aucunne faveur de la part de celui qu'il a toujours dénigré.

Aussi, il serra les machoires et ne dit rien,

Il baissa la tête, fouilla ses poches et tendis une clé à l'illusionniste.

Une clé rouge.

Avec une étiquette jaune...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camille Labarrière
Magicien Réciteur
avatar

Nombre de messages : 123
Age : 31
Date d'inscription : 04/05/2006

MessageSujet: Re: [France, Oradour-sur-Glane] Le centre   Mar 17 Oct - 18:34

Cette clé disait vaguement quelque chose à Camille. Il l'avait déjà vu quelque part. Mais où?

Il allait demandé à Quentin d'où elle sortait, mais il avant qu'il n'ai pu esquisser un geste, celui-ci se retourna et parti parmis les autres élèves. Arthur ouvrit la porte de la chambre et glissa sa tête dans l'ouverture.

"Alors? qu'est-ce qu'il voulait?"

Camille surpris, rangea vite la clé dans sa poche et pris un air dégagé.

"Oh. Rien."

Il ne savait pas pourquoi, mais il lui semblait avoir pris quelque chose d'interdit. Un objet que les magiciens ne devraient surtout pas avoir en leur possession.
Arthur fit la moue. Il aurait aimé savoir ce que Quentin le Balourd avait pu dire de si important à Camille.

"Dépèche toi, les cours vont commencer. Et tu t'es levé trop tard pour déjeuner."

Mince! Camille avait oublié de déjeuner. Tant pis, il s'en passerait. Mais la question de la clé, elle, resterait pendant toute la journée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camille Labarrière
Magicien Réciteur
avatar

Nombre de messages : 123
Age : 31
Date d'inscription : 04/05/2006

MessageSujet: Re: [France, Oradour-sur-Glane] Le centre   Jeu 19 Oct - 13:54

Mr Trudon, professeur de mathématiques, se préparait à donner la première heure de cours de la journée. Camille s'étaient assis en premier, histoire d'éviter l'une des crises de morale dont le professeur avait l'habitude de fournir à ses élèves.

Mais cela ne rata pas. Mr Trudon finissait juste sa morale. Il avait appris qu'un élève avait joué avec un rat pendant la nuit et il tenait à leur expliquer que la vie des animaux est une chose importante dans notre société où l'homme et sa polution font de plus en plus de ravages. Il souffla un mot sur la citoyenneté, puis sur le respect de chacun envers autrui, puis expliqua que la liberté s'arrêtait là où commencait celle d'autrui, et que ces affaires l'agaçaient puisqu'il perdait toujours un bon quart d'heure à chaque début de cours à faire la morale à cause d'une bande d'incompétant, abrutit et insolent qui ne respectait jamais le travail des autres, qui ne venait là que parce-que c'était obligatoire, et que l'on était en cours pour travailler, et non pour discuter.

-Donc, vous ouvrez vos manuels à la page 45. Manuel, rappelez moi la formule du discriminant je vous prie.

Mais bien que Manuel commençait a rappeller la formule , il ne l'écouta pas. Il tourna le dos et continua son cours, comme d'habitude.

-Delta équivaut à b²-4(ac). Si on prend la première fonction, qui est g(x)=-13+5x²-56. On réduit le nombres de thermes, et on trouve g(x)=5x²-69. Le 69 en question, n'est pas sujet à la plaisenterie. Merci.

Et c'est un cours monotone que débita Mr Trudon ce jour là, comme à son habitude. Mais je crois que je l'ai déjà dit.

Camille souffla. Mr Trudon en avait fini avec sa morale matinale, ils allaient enfin pouvoir dormir quelques instants. Cependant, il ne se laissa pas aller de suite à cette flémingite aigüe.

Il voulait surtout profiter de José. José qui était mort cette nuit. José qui avait un grand sourire aux lèvres et qui dessinait encore de ses belles mains un Mr Trudon difforme, pour le plus grand plaisir de son ami.

Mais Camille ne pensait pas qu'à José. Il pensait aussi à Quentin, et il lui jetait de temps en temps un petit regard en biais. Pourquoi? parce qu'il se demandait d'où pouvait venir cette clé. Cette clé rouge qui respirait l'interdit. Malheureusement Quentin n'avait rien dit de plus à Camille. Il allait dveoir réfléchir.

C'est ainsi que Camille passa l'heure. Regardant les dessins de José, analysant les gesticulations du professeur devant son tableau noir, pensant à Quentin, réfléchissant sur la manière de s'évader correctement (encore?!) et pensant que finallement, le temps passerait bien trop vite...


Dernière édition par le Lun 23 Oct - 18:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camille Labarrière
Magicien Réciteur
avatar

Nombre de messages : 123
Age : 31
Date d'inscription : 04/05/2006

MessageSujet: Re: [France, Oradour-sur-Glane] Le centre   Sam 21 Oct - 13:31

En fin de journée, Camille était toujours aussi intrigué par cette clé. Quentin n'avait rien voulu lui en dire. Le fait que le jeune illusionniste s'était mis à côté de lui en histoire pour l'interroger avait surpris toute la classe, Mr Glatre en premier.

-Dit moi Quentin, ton don, c'est quoi au juste?

Celui ci l'avait regardé bizarrement, comme si un lièvre venait d'être soulevé. Queluqes instant plus tard, un sourire avait éclairé ses lèvres.

-Ce n'est pas de contrôler le feu en tout cas.

-Ah.

Une question avait eu une réponse, mais Camille se rendait compte qu' elle en soulevait plusieurs autres.

-Je te raconterais plus tard, aprés le sport.

Le fait que Mr Glatre et Mr Labarrière puissent discuter ainsi, surprenait tout le monde, tant d'année d'innimitié ne pouvaient disparaitre ainsi.

Et pourtant.

Aprés pendant le repas qui suivait le cours d'histoire, José avait voulu en savoir plus. Il formait les lettres avec des petits pois dans son assiette. Quel génie cet ado!

Camille n'avait rien voulu répondre.

Et même pendant les deux heures de chimie où les élèves peuvent générallement être un peu plus dissipé que d'ordinaire, le jeune Camille Labarrière continuait de réfléchir dans son coin.

Puis vint l'heure de sport, lieu strict où Mme Florence les acceuillait froidement.

-Le voley est une discipline qui demande de la rigueur, des efforts! Il est hors de question que vous vous en sortiez comme la semaine dernière! Allez vous changer. Dans deux minutes, je veux que vous commenciez les tours de terrain. Et que ça saute!

Les élèves ne murmurèrent pas un mot. Il se dirigèrent rapidement vers les vestiaires, puis revinrent deux minutes plus tard.

-Allez! Au trot! Mr Labarrière! Comment osez vous faire la grimace! Venez un peu par ici.

Une grimace? Mais qu'avait donc fait le jeune garçon? Personne ne comprennait.

Cependant le regard noir du professeur de sport se faisant insistant. Personne ne la contredit, et chacun se mit à s'échauffer. Il était hors de question que quiconque réfute ses ordres.

Prenant le jeune apprentit à part, Mme Florence tourna la dos aux élèves.

-Tu l'as? Ne répond pas. C'est pour six heure Camille. Pas aprés. Compris?

Camille ne compris pas. De quoi Mme Florence voulait-elle parler?

Il ne savait pas comment réagir. Un tel charabia venant d'un professeur le rendit perplexe. Il ne put que hocher la tête misérablement, faire comme si il avait compris et se diriger vers ses camarades.

-Allez! C'est mou tout ça! On continue! Et que je ne vous repraine pas à mentir Mr Labarrière!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camille Labarrière
Magicien Réciteur
avatar

Nombre de messages : 123
Age : 31
Date d'inscription : 04/05/2006

MessageSujet: Re: [France, Oradour-sur-Glane] Le centre   Mer 25 Oct - 15:40

17h 55.

La sonnerie retentie longtemps. Le temps lui même semblait relentir depuis quelques minutes. Camille Labarrière avait les tripes nouées. Il se sentait distant, lointain de tous ce qui pouvait arriver.

Comme dans un rêve où les évènements nous échapent, Camille Vit ses camarades se dirger vers la sortie. Mme Florence dit quelque chose, mais Camille ne voyait que les lèvres bouger. Trés peu de son lui parvenait.

Le crissement des chaussures sur le sol de la salle. Des poteaux métalliques que l'on rangeait. Le rire de quelques élèves qui avaient réussit à se détendre. Une porte vitrée que l'on claque.

Tous ces bruit revenaient faiblement à sa mémoire. Il se dirigea, avec les autres, vers les vestiaires. Il ne prit pas le temps de se changer.

Il réfléchissait. Il voyait maintenant ce qu'il avait à faire.

-José. Vas-y.

Puis lui même partit. Il partit vers le BVS. En short, tee-shirt, baskets, il passa devant les surveillants.

-Je vais au toilettes.

On le laissa passer. Il posa son sac de sport, ouvrit la poche avant, et ne fit plus un geste. Il venait d'entendre José. Son ami.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camille Labarrière
Magicien Réciteur
avatar

Nombre de messages : 123
Age : 31
Date d'inscription : 04/05/2006

MessageSujet: Re: [France, Oradour-sur-Glane] Le centre   Mer 25 Oct - 15:52

17h 59.

-C'est l'heure. Allons-y! On est libre!

Ah ce José Minnel. Quel entrain.

Camille sourit puis se redressa. Il glissa l'objet rouge dans la serrure, puis fit tourner la clé. Elle fit jouer le pen, puis le cliquetit se fit entendre.

Tout sourire, Camille tendit la main vers la poignée.

Un autre main, osseuse, se fit sentir sur son épaule.

La secrétaire de Mme Grace. Elle passait par là.

-Où comptez vous aller jeune-homme?

Le jeune illusionniste n'avait rien, strictement rien, à répondre à cette question.

Les yeux de Mme Crottal lancèrent un éclat de contentement.

-C'est excellent ca Mr Labarrière... Votre père serra désepéré quand il saura que vous avez voulu vous échapper.

...

-Et Mme Grace me sera évidemment reconnaissante de vous en avoir empéché. Ah Ah Ah...

Elle ne finit pas sa phrase. Elle venait de se prendre un coup. Mme Florence se tenait là, derrière, une barre de fer à la main.

-Fillez. On a pas le temps de discuter.

-Mais... Et vous?

-Ne t'inquiète pas. Laëtitia s'occupera de moi.

Maintenant, tout lui revenait en tête. Ce rêve...

Laëtitia arriva, fit son travail, et Mme Florence tomba à terre.

-Ouf. Je suis arrivée à temps. Un peu plus, et elle t'embarquait. Mais je pourrait pas faire ça à tout le monde.

Dommage. Car la panique ne faisait que commencer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [France, Oradour-sur-Glane] Le centre   

Revenir en haut Aller en bas
 
[France, Oradour-sur-Glane] Le centre
Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Massacre d'Oradour-sur-Glane
» les victimes d'Oradour sur Glane
» Oradour su Glane (liste des victimes)
» Sortie classe de 1ère S Lycée de Fouesnant à Chasseneuil sur Bonnieure (16) et Village martyr Oradour/Glane (87)
» (87) Oradour sur Glane (Liste des Lorrains qui perdirent la vie)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Célia, Le Jour ou La Magie s'éveilla :: Plateau de Jeu :: Europe :: France :: Autres Endroits-
Sauter vers: