Célia, Le Jour ou La Magie s'éveilla

Et si un jour La Magie déferlait sur le monde que nous connaissons..?
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [Paris] Pensées

Aller en bas 
AuteurMessage
Lou Jonsdottir
Magicienne Réciteuse
avatar

Nombre de messages : 25
Date d'inscription : 17/06/2006

MessageSujet: [Paris] Pensées   Lun 19 Juin - 1:58

On a l'habitude de dire qu'une fois n'est pas coutume. Dans le cas de Lou, une fois était coutume. Coutume qui durait depuis quatre ans de ruminer tel un bovin dans un champ : remâcher ses souvenirs, ses idées en rose et noir. Recommencer. Encore et encore, jusqu'à l'écoeurement. Boire la coupe de la mémoire jusqu'à la lie. Revoir le sang, les yeux trop clairs, le regard aveugle et vitreux.
Lou soupira et écrasa sa cigarette dans le cendrier posé à côté d'elle. Elle en avait assez de cet appartement minable dans le quartier de Beaubourg. Assez de fumer comme un pompier parce que ça lui gâchait sa voix. Assez de la pluie qui tombait sur Paris depuis quelques jours. Assez du gris. Assez d'être toute seule. Assez de faire l'idiote. Assez de tellement de choses...
Plus que tout, elle en avait assez de rester assise dans son studio qui puait le tabac froid. Alors elle se leva du fauteuil à moitié défoncé, enfila un imperméable, sortit dans le couloir de son immeuble. Sans fermer le verrou. Qu'est-ce qu'on aurait pu lui voler de toute façon?
Deux minutes plus tard, elle sortait dans la rue. Les voitures passaient et repassaient sous le déluge de pluie qui s'abattait sur la ville. Déprimant.

Un gosse du quartier qu'elle connaissait bien s'approcha d'elle.

"Lou, je vais pleureeeeeer!"

La jeune femme toisa le gamin. Une écorchure au coude. Rien que de très habituel. Alors elle fredonna simplement un air à bouche fermée. Une comptine, rien de plus. Cela suffit amplement pour refermer la minuscule plaie.
Lou saisit le bras du gamin et y appliqua une bise sonore.

"Bisou magique, t'as plus mal. Allez file."

Le gosse eut un sourire qui s'étendait d'une oreille à l'autre et fonça rejoindre elle ne savait qui. Elle espérait comme d'habitude que personne n'avait rien remarqué.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eve Netzach
Magicienne Signeuse
avatar

Nombre de messages : 42
Age : 28
Date d'inscription : 14/06/2006

MessageSujet: Re: [Paris] Pensées   Lun 19 Juin - 2:36

Eve observait Paris depuis la fenêtre opaque du Taxi. Les immeubles tous semblables défilaient, habitant pourtant des gens tous différents. Le véhicule pris un dernier virage et déposa la jeune femme près d'un hôtel de luxe situé dans le centre de Paris. Elle regla le chauffeur et enjamba le bas de l'ouverture de la portière pour poser sa chaussure dans une flaque. La pluie ne cessait toujours pas, et le ciel comme une peinture aux taches grises et vertes faisait pensé à des marécages crachant leurs venins. Eve remarqua qu'elle n'avait plus d'argent, alors c'était inutile d'essayer de pénétrer dans le bâtiment. Elle devait encore partir en quête d'un logement, et de ce coté là, elle perdait peu à peu espoir. Elle longea des centaines de rues, de plus en plus sales, de plus en plus pauvres, en quête d'un lieu ou d'une personne, d'un moyen de rester stable dans la capitale française. Trempée, elle se demandait combien de temps elle devrait ensuite rester en ces lieux. Etait-ce une bonne idée pour ses projets? Elle hésitait.

Elle s'arrêta près d'un réverbère, et laissa glisser son corps pâle et frêle contre la barre de fer, tout en soupirant. Ses vêtements mettraient des jours à sécher, elle était dénuée de moyen de transport, sans argent, et maintenant, elle était perdue dans une ville qu'elle ne connaissait que peu. Après quelques minutes de repos dans un silence ne laissant passer que le bruit de l'eau polluée coulant dans les gouttières, elle se releva avant d'entamer une nouvelle recherche.

Au bout d'une petite heure, Eve s'approcha enfin d'un lieu avec un trafic plus important. Les rues donnaient sur des quartiers résidentiels, alors elle choisit au hasard un chemin avant de traverser brutalement le bitume et d'arriver sur le flanc droit d'une route traversant un quartier remplis d'immeubles. Elle marcha droit devant elle, observant les personnes pouvant vivre dans une de ces résidences et donc connaitre le propriétaire. Elle remarqua un homme habillé d'un costar et d'une valise serrer la main d'un homme grand et blond, devant l'entrée d'un des bâtiments. L'homme d'affaire était sûrement un possesseur des lieux, il ne fallait pas le rater! L'homme commença sa marche en sens inverse, et pris sur la droite. Eve n'hésite pas à accélérer la marche pour ensuite se mettre à courir dans les rues glissantes, évitant à tout pris de tomber. Mais en essayant de prendre le tournant, elle continua sur la même voie, ne pouvant s'empêcher de glisser, et se retrouva au milieu de la voie routière. Une voiture noire arriva alors à tout allure, et passa in extremis alors que la jeune femme venait de sauter sur le trottoir avant de se faire écraser. Elle remarqua qu'elle s'était ouvert le coude, encore une blessure dont elle se serait passée. Elle pris de l'eau dans sa main, et forma de la glace avec, avant de poser le tout sur sa plaie. Apaisée, elle se releva, pour remarquer que depuis le début, une femme l'observait, une cigarette à la main, immobile sous la pluie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lou Jonsdottir
Magicienne Réciteuse
avatar

Nombre de messages : 25
Date d'inscription : 17/06/2006

MessageSujet: Re: [Paris] Pensées   Lun 19 Juin - 2:51

Et voilà. Sa clope s'était éteinte. Décidément, ce jour-là les éléments étaient contre Lou. Enfin elle pouvait aussi prendre ça comme un signe que Mère Nature ne voulait plus qu'elle se détruise les poumons et les cordes vocales, mais elle doutait que ce fût cela. Et en plus elle gardait cette cigarette à la main comme une bécasse. Pa-thé-tique.
Brusquement, elle ne sut trop comment, une silhouette mince se retrouva au beau milieu de la route. Qu'est-ce qu'elle faisait là, celle-ci? Elle était suicidaire ou quoi? En plus, une voiture noire - dernier modèle, un vrai bolide - déboulait pile devant la jeune femme - parce que c'était une femme, et que pour se retrouver au milieu d'une rue en général on n'est pas sexagénaire - et celle-ci ne dut qu'à un réflexe que Lou hésita à applaudir de ne pas finir détripaillée sous les roues. Triste mort, en passant.
Et là, il y eut quelque chose d'encore plus étrange. La fille se releva. Un bloc de glace posé sur son coude ouvert. Par une température positive. Sous la pluie. Température. Positive. Glace. Cette. Fille. N'était. Pas. Normale. Surtout qu'elle avait l'air de sortir le glaçon de nulle part. Alors de deux choses l'une : soit elle se baladait avec une glacière - peu probable - soit elle avait réussi à produire le froid qui avait fait geler l'eau environnante. Et dans ce cas...
Lou se décida enfin à s'approcher de la fille et à lui adresser la parole. Pas trop tôt.

"Je peux vous aider?"

Evidemment, on avait déjà vu mieux comme phrase à adresser à quelqu'un venant de frôler la mort par écrasement. Mais il fallait bien trouver une entrée en matière. On verrait plus tard pour l'affaire glaçon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eve Netzach
Magicienne Signeuse
avatar

Nombre de messages : 42
Age : 28
Date d'inscription : 14/06/2006

MessageSujet: Re: [Paris] Pensées   Lun 19 Juin - 3:13

L'aider, voila ce que proposait la jeune femme debout face à elle. N'avait-elle pas remarqué l'apparition immaculée de la glace se trouvant dans la main d'Eve? Peut-être pas, ou alors, elle cherchait à le cacher pour une raison ou une autre. Eve resta muette pendant quelque seconde, n'assimilant pas tout à fait la situation. Comme habituellement, son regard était vide, comme si elle regardait à travers la personne, ou plus précisément, à l'intérieur de cette personne. Ses lèvre s'écartèrent délicatement, et elle prononça lentement, d'un ton morne.

"Eve cherche un logement"

Un silence suivit ces propos. Quand une femme venait de risquer la mort, et qu'elle se trouvait face à une personne en mesure de connaitre son secret, expliquer ses problèmes sociaux, c'est d'une logique propre à Eve. Un autre problème est sa manie de parler d'elle à la troisième personne, on pensait souvent qu'elle parlait d'une célébrité, de sa soeur, de sa mère, ou d'une amie, peut importe, jamais on ne penserait qu'elle parlait d'elle-même. Un éclair brisa le silence, suivit d'un grondement féroce, annonçant que la pluie n'allait pas se terminer de sitôt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lou Jonsdottir
Magicienne Réciteuse
avatar

Nombre de messages : 25
Date d'inscription : 17/06/2006

MessageSujet: Re: [Paris] Pensées   Lun 19 Juin - 11:12

"Eve cherche un logement."

Eve? C'était qui, ça?
Les yeux noirs de Lou parcoururent la rue en long, en large et en travers, cherchant quelqu'un qui pût d'une manière ou d'une autre être lié à la fille qui se trouvait en face d'elle, et donc être la fameuse Eve. Nada. Que des gens trop pressés dans leur bagnole qui faisaient jaillir des trombes d'eau à chaque tour de roue. Cette journée s'annonçait décidément des plus réjouissantes.
La jeune femme reporta son regard couleur d'encre vers son interlocutrice. Pas vraiment l'allure de l'attachée de presse BCBG ou de la parente qui présente bien qu'on envoie au-devant de sa propre personne pour trouver un endroit où crécher. Trop maigre. Trop étrange avec ses yeux vairons. Elle faisait presque peur, avec son teint blafard. Mais Lou n'en était certes plus à avoir peur des passants. Tout simplement pas assez motivée pour ça.

"Qui est Eve?"

Question bête, certes. La réponse devait paraître plus qu'évidente à la fille, mais Lou n'allait pas s'arrêter à ça. Après tout, même en étant sous la flotte, elle estimait avoir amplement le droit de savoir à qui elle venait juste, là, maintenant, de décider qu'elle allait trouver où dormir cette nuit.
Comme d'habitude, Mère Nature en décida autrement en faisant éclater au-dessus de leurs têtes un putain de coup de tonnerre pas piqué des hannetons. Les yeux noirs se levèrent vers le ciel, une main au-dessus d'eux pour les protéger. Les nuages étaient d'un gris de fort mauvaise augure.

"Venez, entrez ou on va se faire électriser dans pas longtemps."

Eh oui, la pluie c'était conducteur. Le temps de dire cette phrase, Lou avait déjà composé le code d'entrée dans le bâtiment et tenait la porte à la fille restée dehors.

"Venez!"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eve Netzach
Magicienne Signeuse
avatar

Nombre de messages : 42
Age : 28
Date d'inscription : 14/06/2006

MessageSujet: Re: [Paris] Pensées   Lun 19 Juin - 17:58

Comme cela arrivait souvent, l'incompréhension régnait. La jeune femme scrutait autour d'elle à la recherche d'une quelconque Eve, alors que cette dernière suivait machinalement son regard, comme si elle allait lui indiquer une direction à prendre, ou une personne apte à lui offrir un lieu ou se loger. Puis, leurs regards se croisèrent lors de leur recherche commune. La situation aurait pu tourner au quiproquo si la créature au regard sombre n'avait pas posé d'une manière simple et explicite la question clef : "Qui est Eve?". Enfin, on a évité le quiproquo, mais c'est un malaise que l'on avait à la place. La poupée de Sibérie restait immobile, les sourcils légèrement froncés, comme si elle était face à une impasse. En parlant de ce genre d'endroit, elle se remémorait ce qui s'était passé quelques jours auparavant, et elle avait plutôt intérêt à rester discrète et méfiante. Elle s'apprêtait à préciser lorsque un flash brûla ses yeux, suivit d'un grondement violent. Elle frotta ses petits yeux, s'habitua à nouveau à la luminosité ambiante, avant de remarquer que la jeune femme tenait la porte ouverte et l'invitait à entrer.

Le hall de l'immeuble restait potable mais manquait quand même d'entretient. Les murs étaient noircis par la saleté, et le mobilier paraissait poussiéreux et délabré. Eve avait discrètement laissé couler la glace sous la pluie pendant l'inattention de Lou, mais le sang s'échappait de sa plaie. En partant du coude, le liquide rouge formait trois filaments arrivant sur l'index, le majeur et l'annulaire, tombant goutte par goutte sur un sol gris béton, mouillé par l'eau déversée par les vêtements des jeunes femmes. Eve restait immobile, fixant la flaque se trouvant devant elle. Dans l'eau, le sang s'infiltrait, et tachait le reflet de la jeune femme, rendant peu à peu sa peau rouge. Puis, elle finit par sourire d'une façon légèrement forcé, avant d'annoncer d'une voix douce et paisible.

" Eve est en face de vous. Elle vient de Sibérie, et voyage en Europe pour affaires. "

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lou Jonsdottir
Magicienne Réciteuse
avatar

Nombre de messages : 25
Date d'inscription : 17/06/2006

MessageSujet: Re: [Paris] Pensées   Lun 19 Juin - 20:18

"Eve est en face de vous."

Lou était confuse. La question qu'elle avait posé était encore plus ridicule qu'elle ne l'avait imaginé. N'empêche, ça devait être assez étonnant de se faire interroger sur sa propre identité. Elle se demandait comment elle aurait réagi à la place de son interlocutrice. Sans doute pas très bien. Ou peut-être qu'elle aurait ri. Elle ne savait pas trop.
La Sibérie... Il y avait des gens en Sibérie? Elle se souvenait d'avoir appris quelques années plus tôt qu'il s'agissait d'une des régions les moins peuplées de la planète. On parlait quoi, d'ailleurs, là-bas? Le russe? Un dialecte quelconque? Peut-être que là-bas ils n'avaient pas de première personne du singulier... Elle répondit au sourire d'Eve par un autre, mince et légèrement gêné.

"Excusez-moi, je n'avais pas compris... En France, on ne dit pas 'il' ou 'elle' pour parler de soi-même. Je ne sais pas si c'est autrement par chez vous..."

La question resta en suspens, parce que Lou remarqua que la glace que la fille pressait sur sa plaie avait disparu et que le sang coulait maintenant entre ses doigts. Mais elle ne pouvait pas faire une guérison maintenant. Elles étaient seules dans le hall de l'immeuble, et si quelqu'un entrait il ne pourrait pas les rater. Elle se contenta donc de sortir un mouchoir propre de sa poche et de le tendre à Eve.

"Tenez, ça sera mieux que simplement avec la main. J'ai de quoi vous soigner chez moi."

Elle fit quelques pas vers un ascenseur qui avait une bonne vingtaine d'années - les anciens modèles sans commande vocale - et appuya sur le bouton d'appel, avant de se retourner vers Eve et de s'adresser de nouveau à elle.

"C'est pas très moderne ici. Pas de porte à empreinte vocale, ni rien de ce genre-là, et cet ascenseur va aussi vite qu'un escargot. J'espère que ça vous dérange pas..."

Elle allait ajouter "si vous comptez rester ici". Elle s'abstint. Elle devait d'abord savoir si la fille était vraiment comme elle, mais pour l'heure elle ne pouvait que soigner sa plaie et lui donner des vêtements secs pour éviter qu'elle attrape la mort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eve Netzach
Magicienne Signeuse
avatar

Nombre de messages : 42
Age : 28
Date d'inscription : 14/06/2006

MessageSujet: Re: [Paris] Pensées   Mar 20 Juin - 6:25

Un mouchoir. Un simple carré de tissu blanc, utilisation pour différentes tâches, que l'on trouve n'importe où et dont l'usage était habituel et régulier. Un mouchoir, tel était la première chose qu'Eve recevait d'une personne par simple générosité, depuis presque 5 ans. Elle fixait le présent, la bouche légèrement entrouverte, pensive à ce que représentait cette chose. Non seulement elle l'invitait à entrer dans un endroit sec, mais de surcroît, elle s'inquiétait pour une inconnue sortie de nulle-part. Eve releva le menton, et les sourcils levés et le regard soudain emplis de mélancolie, elle annonça d'une voix plus cristalline qu'à son habitude.

" Eve ne sait que dire ... "

Elle s'appuya le mouchoir sur la plaie, se mordant la lèvre inférieur pour ne laisser aucun soupir s'échapper, retenant de peu ses larmes. Voila que la poupée de la contrée glacé devenait émotive : elle devait se reprendre. Heureusement, la jeune femme brisa le silence en expliquant que de meilleurs soins se trouvaient en son domicile, ce qui interloqua Eve. Elle marcha à son tour d'une démarche hésitante en direction d'un couloir sombre qui présentait quelques ascenseurs et un escalier, qui - soit dit en passant - était un danger potentiel en cas de tentative d'escalade. Le bouton s'alluma sous la pression de Lou, et clignota dans une cadence irrégulière, preuve que la DEL avait aussi fait son temps. Ce fut après un silence à nouveau pesant que des mots brisèrent l'ambiance morne qui régnait entre les vieux murs répugnants.

" Eve ne sait même pas votre prénom. Elle ne voudrait pas vous déranger non plus ... "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lou Jonsdottir
Magicienne Réciteuse
avatar

Nombre de messages : 25
Date d'inscription : 17/06/2006

MessageSujet: Re: [Paris] Pensées   Mar 20 Juin - 11:35

La vue du mouchoir sembla interloquer Eve qui le fixa comme si c'était le premier qu'elle voyait de sa vie. Pour Lou c'était pour le moins étrange. Ce n'était certes pas le premier ni le dernier service qu'elle rendait à quelqu'un. Mais elle avait entendu dire que certains magiciens étaient mal vus et que leur vie était pour cette raison difficile. Si elle n'avait pas rêvé le bloc de glace qui s'était formé si à propos sous le coude de la Sibérienne pour disparaîre comme sur commande, ça pouvait tout à fait être le cas de son interlocutrice, qui expliquait maintenant d'une petite voix qu'elle ne "savait que dire".
Lou fronça les sourcils. Un simple "merci" aurait suffi.

"C'est pas grave. Un mouchoir est pas une chose assez importante pour mobiliser ses neurones, vous trouvez pas?"

Ses lèvres s'incurvèrent légèrement.

"Eve ne sait même pas votre prénom."

Le sourire de Lou s'élargit un peu. Au-dessus de sa tête, un écran à cristaux liquides - brève concession faite par le syndic à la modernité - indiquait que l'ascenseur n'était plus qu'à trois étages d'elles. A moins que quelqu'un d'autre n'appelât l'appareil dans le sens inverse, il serait bientôt arrivé au rez-de-chaussée.

"Si vous y tenez, je m'appelle Lou."

La jeune femme se retint à grand'peine de lever les yeux au ciel lorsqu'Eve émit l'idée qu'elle ne voulait pas la déranger. Pourquoi les gens se sentaient toujours obligés de dire ça? Il était évident qu'elle n'allait pas la remettre dehors avec son mouchoir et ses vêtements détrempés de sang et de pluie, sans aucun endroit où loger, sous des trombes de flotte. Elle n'était pas sadique. Même le plus égoïste des nantis n'était pas sadique à ce point-là.

"Vous me dérangez d'une manière inimaginable, c'est pour ça que je vous propose de venir chez moi d'ailleurs. Vous ne saviez pas qu'on fait toujours ça en France ?"

Elle secoua la tête d'un air de dire 'non mais vraiment'. Le sourire encore accroché à ses lèvres disparut lentement. Elle allait prendre un risque.

"Et puis il me semble que nous avons certains points communs qui font que, sans me vanter, vous serez mieux chez moi qu'ailleurs."

Les yeux couleur d'encre scrutaient le visage d'Eve, comme à la recherche d'une trace qui pût vérifier l'affirmation de Lou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eve Netzach
Magicienne Signeuse
avatar

Nombre de messages : 42
Age : 28
Date d'inscription : 14/06/2006

MessageSujet: Re: [Paris] Pensées   Mar 20 Juin - 16:55

"C'est pas grave. Un mouchoir est pas une chose assez importante pour mobiliser ses neurones, vous trouvez pas?"

Si seulement. Un mouchoir, ce n'était pas qu'un simple morceau de tissu aux yeux d'Eve. Si elle se rappelait bien, c'était chez un marchand de mouchoir de Moscou qu'elle s'était cachée de la mafia qui cherchait encore à lui faire payer ses crimes. En plus d'avoir tués deux membres de l'organisation criminelle de Russie, elle avait eu le bonheur d'hériter des dettes de ses parents. Alors qu'elle repensait au vieil homme qui l'avait chaleureusement accueillis, elle serra avec puissance le mouchoir entourant sa plaie, se remémorant encore le sang éclaboussant les morceaux de tissus et le feu dévorant la charpente du magasin. C'est le "bip" qui résonnait à chaque fois que l'ascenseur atteignait un étage qui réveilla Eve, et la sortie de sa torpeur. Elle soupira brièvement, sentant peu à peu la fatigue s'infiltrer dans ses muscles alors que le froid la glaçait et que son sang se perdait. Avec un peu de mal, elle réussit tout de même à distinguer "Lou" alors que sa camarade parlait juste face à elle. Elle resta fixe, remarquant que la jeune femme se tenant devant le bouton d'appel semblait elle aussi possédait un prénom en trois lettres, légère coïncidence qui ne manqua pas de la faire sourire. Mais elle eu la bêtise d'ajouter avec une ironie certaine:

"Vous me dérangez d'une manière inimaginable, c'est pour ça que je vous propose de venir chez moi d'ailleurs. Vous ne saviez pas qu'on fait toujours ça en France ?"

Penchant sa tête sur le coté comme un animal essayant de distinguer quelque chose de clair, Eve ne comprenais pas cette phrase. Sans humour et ne discernant pas le ton ironique du ton habituel - encore moins dans une langue qui n'est pas sa langue maternelle - elle restait perplexe. Pourtant, les livres touristiques n'avaient jamais mentionnés de tels coutumes, et si elle l'avait su plus tôt, elle se serait empressée de devenir la plus gênante et la plus ennuyeuse possible, histoire de trouver un palace chaud et confortable. Puis, le coté absurde d'une telle pensé lui fit comprendre le manque de sérieux dont avait fait preuve Lou. Puis, cette dernière mentionna deux termes assez équivoques : "point commun". Il n'y avait pas de doutes possibles : non seulement elle avait remarqué la capacité d'Eve, mais elle en possédait une aussi. Le ton grave empêchait toute conclusion telle que "elle aussi a vu la coïncidence sur nos prénom", et il fallait de toute manière essayer de tenter le diable.

Pourtant, si cela était une erreur, elle risquait de perdre le réconfort cherché depuis des heures. Mais passer à coté, c'était perdre le soulagement cherché depuis des années. Eve se pencha au sol, plaça trois doigts dans la flaque qu'avait formés ses vêtements dégoulinant, et tout en levant sa main et la faisant tourné, elle forma une stalagmite se dressant en spirale, puis resta muette.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lou Jonsdottir
Magicienne Réciteuse
avatar

Nombre de messages : 25
Date d'inscription : 17/06/2006

MessageSujet: Re: [Paris] Pensées   Mar 20 Juin - 17:49

La phrase de Lou concernant les mouchoirs sembla faire plonger Eve dans une réflexion plus profonde encore. Cette fille était bizarre. Oh, bien sûr, ça ne dérangeait pas la Française plus que ça - après tout, avoir une soeur frappée de cécité est aussi une condition bizarre - mais elle avait toujours aimé comprendre les choses. Et il fallait bien admettre que la Sibérienne était difficile à cerner, avec ses yeux étranges - tiens, l'un était bleu, comme ceux de Corie... Corie...
Lumière. Lumière jaune, lumière blanche, l'hôpital, la scène, la lumière! le sang, lumière des lampes-torches, les yeux aveugles, aveugles encore, si pâles, la lumière...
Lou secoua la tête pour chasser ces souvenirs. Il ne fallait plus y penser. Plus se souvenir du prénom. Il ne fallait plus qu'elle pense au sang, aux blessures, à la mort... cette ruelle sordide, Corie... Non, il ne fallait plus y penser.
Maintenant Eve la regardait, la tête penchée sur le côté comme un oiseau. Est-ce qu'elle ne comprenait pas ce qu'elle venait de dire? Peu importait. La fille était trop faible, ça se voyait sur son visage pâle et le sang qui coulait de son bras. Bon sang, est-ce que ce fichu ascenseur allait se dépêcher?

Alors Eve se pencha, trempa ses doigts dans une flaque d'eau et se releva. Un bloc de glace dans la main. Sans aucun appareil et en une seconde. Comme par magie. Non. Comme par Magie... Lou eut un mouvement de recul, pour aussitôt se flanquer deux ou trois baffes mentales. Elle s'attendait à quoi, à ce que la fille se transforme en bunny-girl?
Elle regarda encore la stalagmite de glace dans la main de la Sibérienne qui semblait attendre. Tout à coup, les magiciens prenaient une dimension insoupçonnée. Lou n'était plus la seule du quartier. Une de ses semblables se tenait en face d'elle.
Les yeux noirs scrutèrent le couloir sombre. Personne en vue. Un grand sourire illumina le visage de la Française. Elle inspira profondément et braqua son regard sur la blessure d'Eve.

"Thérapeuô!"

Les yeux noirs se mirent à briller tandis que Lou étirait les syllabes du mot à plaisir, les modulait. Sa voix se réveillait. Six mois qu'elle n'avait pas eu de véritable blessure à soigner. Six mois qu'elle n'avait pas concentré la magie...

"Deï bion kaï elpida kaï makaria!"


Six mois qu'elle n'avait pas chanté. Elle pétrissait les mots comme de la pâte à pain. Elle aimait beaucoup incanter en grec... la fleur des langues. La meilleure. Selon elle la plus efficace.
Elle cessa de chanter et libéra la Magie.
La peau d'Eve se referma.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eve Netzach
Magicienne Signeuse
avatar

Nombre de messages : 42
Age : 28
Date d'inscription : 14/06/2006

MessageSujet: Re: [Paris] Pensées   Ven 23 Juin - 18:42

La plaie se refermait, alors qu'Eve ne comprenait pas ce qui se passait. Elle croyait être tombé sur une femme tolérant la magie, certes, mais de la à penser voir une magicienne, elle était bluffée. Elle observa la jeune femme chantonnant des paroles qu'elle ne comprenait pas, mais qui la fascinait. Ses yeux brillaient de milles feu, et une aura se dégageait, réparant les tissues externes. La blessure finit par cicatriser alors que l'ascenseur venait d'arriver. Un bouton clignota pour avertir de l’arrivé de celui-ci, et la porte s'ouvrit, avant qu'Eve ne s'installe à l'intérieur, suivie de Lou. Elle pressa un interrupteur, la boite se referma avec un grincement strident, et démarra en gigotant, ce qui n'était pas rassurant mais avait tendance à laisser Eve glaciale. Elle s'adossa à une barre d'appuie, soupirant de fatigue, tout en observant la cage dans ses moindre détails.

" Eve se demande parfois si ce qu'elle fait est une bonne chose "

Elle avait murmuré cela d'une voix douce mais peu audible, comme si elle se parlait à elle-même. Son regard fixait les étages qui défilaient, l'écran se brouillant parfois, comme quoi les efforts fait au niveau de la modernisation laissaient tout de même à désirer. Perdu dans ses souvenirs, elle serrait les dents, comme résistant à une envie forte et douloureuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lou Jonsdottir
Magicienne Réciteuse
avatar

Nombre de messages : 25
Date d'inscription : 17/06/2006

MessageSujet: Re: [Paris] Pensées   Ven 23 Juin - 22:55

D'une main, Lou s'appuya sur la porte de l'ascenseur. Elle était toujours un peu fatiguée après une guérison, mais heureusement ça s'estompait vite. Enfin pour des cas sans gravité comme celui-ci : il avait juste fallu refermer la peau, le muscle n'était même pas touché. Le bouton de l'ascenseur clignota : la cabine arrivait. La jeune femme n'eut que le temps de relâcher sa pression avant que la porte ne s'ouvrît. Eve et elle entrèrent dans l'ascenseur et la Sibérienne s'appuya contre la barre de maintien. Peut-être qu'elle en avait un peu trop demandé à son organisme : elle avait libéré deux fois sa magie alors qu'elle était blessée, et ça ne pouvait pas être bon.

"Eve se demande parfois si ce qu'elle fait est une bonne chose..."

"Pourquoi?"

C'était sorti tout seul. Lou avait parlé sans réfléchir. Sans même savoir si Eve attendait une réponse. Sans même savoir si la fille aux cheveux sombres avait conscience d'avoir parlé tout haut. Elle avait décidément par trop perdu l'habitude de se faire discrète et de tenir sa langue... Elle se colla quelques baffes mentales, espérant ne pas avoir froissé son interlocutrice, et reprit la parole d'un ton incertain.

"Enfin, si tu... si ça ne vous dérange pas d'en parler."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Paris] Pensées   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Paris] Pensées
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quéffélec en anti-Normand dans Paris Match.
» Le Grand Paris
» boutique MUFE pro sur Paris
» La monnaie de Paris ne connait pas la Normandie
» (75) Archives de Paris, mises en ligne supplémentaires

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Célia, Le Jour ou La Magie s'éveilla :: Plateau de Jeu :: Europe :: France :: Paris-IDF, Lille, Lyon, Marseille-
Sauter vers: