Célia, Le Jour ou La Magie s'éveilla

Et si un jour La Magie déferlait sur le monde que nous connaissons..?
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [Paris] tout ou rien

Aller en bas 
AuteurMessage
Reney Surivant
Débutant
avatar

Nombre de messages : 14
Age : 31
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 14/07/2006

MessageSujet: [Paris] tout ou rien   Mar 18 Juil - 18:23

Sept heures, 7 heures dans la voiture. L’autoroute à grandc vitesse avait amené Reney à Tours où il avait retrouvé son armurier. Il avait aussi vu John, un compagnon de chambrée, qui était de garde à la porte cet après-midi là. Puis encore de la route. Le trafic y était fluide dans ce sens, les gens allaient vers le sud, mais arrivé au niveau du nouveau périphérique suspendu, les voitures se rapprochaient, leur nombre grossissait à vue d’œil. Puis le bouchon. « un kilomètre et demi de ralentissement » était affiché sur un panneau luminescent. Puis le message changeât : « contrôle général de la police des routes ».
** et merde, encore des ennuis …**
« le général ! »
Il mit immédiatement l’oreillette et attendit quelques minutes que la tonalité retentisse.
« oui, c’est Reney Surivant mon général … oui j’ai les flics dans quelques minutes en face …. Oui je comprends … que me conseillez-vous ? »
Un grand sourire s’affichait sur le visage décontracté du militaire.
« oui je sais mon général, on ne dit pas civil, mais dommage collatéral vivant …. Mais je ne peux pas faire ça, je me dois de rester discret … »
Il baissa la musique qui sortait de son poste faute de ne pouvoir baisser le son des klaxons qui, comme à l’époque pour les téléphones mobiles, avait évolué. On pouvait entendre de nouvelles sonorités, des musiques, et il ne manquait plus que les voitures soient équipées de vibreurs pour que la ressemblance soit parfaite. Mais la question du bruit était le cadet de ses soucis. Il cherchait des solutions à son problème. Un problème somme toute assez complexe. Comment expliquer à des policiers que l’armée soutient totalement un membre d’un régiment secret qui transporte un fusil de précision aussi performant qu’onéreux.
« c’est ça ! … oui général, j’ai trouvé, j’ai demandé un.rec. pour le fusil … oui, voilà, vous avez compris. Merci mon général, désolé de vous avoir dérangé. »
Il retira son oreillette et la posa à côté de lui, sur le petit repose verre, derrière son levier de vitesse. Reney n’aime pas toutes ces boîtes automatiques, il aime devoir passer les vitesses pour avoir une conduite plus sportive. Avec ses lunettes de soleil, il voyait Paris en gris, ce qui ne changeait rien au panorama habituel. Il avait le temps de contempler le paysage urbain. Il avance peu, mais avance. Et c’est durant sa chanson favorite qu’il aperçut les gyrophares. Il fut donc, comme tout automobilistes, mis sur le côté. Un homme, jeune, brun, avec de grandes lunettes de soleil à l’américaine, demandât au conducteur de baisser sa vitre. Reney sortit la tête et dit avec ironie :
« comment puis-je vous aider ? »
« ceci n’est qu’un contrôle de routine, nous fouillons les véhicules pour la sécurité publique. »
** mon cul ! même pas moyen de protéger un garde ! **
« bien sûr, je vais vous montrer ce que j’ai. »
Il sortit de son véhicule, la chaleur formait des vagues d’air qui semblaient danser au-dessus du bitume brûlant. Les gaz d’échappement devaient, à l’époque, amplifier le phénomène. Il rêva pendant une demi seconde, le temps qu’il fallut au policier pour le rappeler à l’ordre. Il ouvrit le coffre et le regard du factotum se posa sur les deux valises présentes, et surtout sur la verte, contenant, semblait-il, autre chose que des vêtements.
« vous semblez perplexe, vous voulez savoir ce qu’il y a à l’intérieur ? »
L’agent retira ses lunettes et dévisageât Surivant quelques secondes :
« Vous jouez à quoi ? Ne faites pas le malin avec moi, qu’y a-t-il dans ce sac ? »
« un fusil de précision et deux automatiques militaires. »
La spontanéité fut surprenante, l’agent fronçât les sourcils :
« je vous ai dit de ne pas faire la malin. »
Il prit le sac et l’ouvrit, la première chose qu’il aperçût fut un des deux eagles. Il ouvrit grand les yeux, lâchât le sac qui s’écrasât d’un bruit sec et métallique, et prit son arme de service pour braquer Reney. Ce dernier avait pris un air grave mais il était amusé de la situation. Il se demandait bien comment, en tant que membre du CT, il n’avait pas anticipé le cas de figure.
« je ne vois pas pourquoi vous vous énervez… »
« tais-toi ! que comptes-tu faire avec ces armes ? »
« Mais justement, rien du tout. Elles sont démilitarisées, et ne peuvent pas tirer. »
« comment ça ? »
« je suis un collectionneur. »
L’agent se sentait sûrement désemparé.
« qu’est-ce qui me le prouve ? »
« rien, enfin, à part si vous vous y connaissez en arme de combat … Ecoutez, si j’étais venu dans la capitale pour tuer quelqu’un, pourquoi aurais-je pris un modèle de fusil .rec, ce qui signifie que ce dernier est conçu pour ne tirer uniquement que des fléchettes anesthésiantes. Ca, par contre, vous pouvez le vérifier. »
L’agent avait lentement baissé son arme. Il était abasourdi par la plaidoirie de l’énergumène.
« je …, je ne sais pas … »
« c’est bien pour ça … »
« quoi ? »
« non, rien …. J’aimerai juste y aller … »
« montrez-moi le chargeur et si c’est bien ce que vous m’avez dit, vous pourrez y aller. »
Reney soufflât, l’histoire commençait à prendre beaucoup de temps pour peu de chose. Il sortit le chargeur et le montrât, l’agent acquiesçât et rangeât son arme.
« vous pouvez y aller, passez une bonne journée. »
** en tout cas, tu ne m’y as pas tellement aidé …**
« oui monsieur l’agent. »
Reney remontât dans la voiture et démarrât. Son mensonge était bien passé. Il faisait meilleur à l’intérieur grâce à la climatisation. Direction Paris centre pour trouver un hôtel, en espérant qu’aucun flic ne s’y connaisse vraiment en armes … Mais après tout, ce ne sont que des flics.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://seiiki.frbb.net/
Reney Surivant
Débutant
avatar

Nombre de messages : 14
Age : 31
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 14/07/2006

MessageSujet: Re: [Paris] tout ou rien   Mar 25 Juil - 2:30

Reney se rangea sur une des places de l’hôtel. Un grand hôtel de luxe se tenait devant lui, les vitres semblaient parcourues d’eau… Sur le grand store était marqué « Ritz ». Il vit deux hommes courir vers lui, deux boys comme l’on pourrait les appelés… C’est ainsi qu’il les appellerait dorénavant. Il donna les clefs de l’Audi a un des deux pour qu’il aille la garer et fit un geste de la main a l’autre pour lui indiquer de prendre ses bagages. Il entra et la fraîcheur le mis tout de suite à l’aise, il alla se présenter à l’accueil et demanda une chambre. L’homme âgé derrière le comptoir le dévisagea et lui donna une clé. Puis il ajouta :

« Vous savez combien coûte une nuit ici ? «

Reney tourna la tête et observa le maître d’hôtel… Il eut un petit sourire quand il lui lança :

« Plus que tu ne peux t’offrir… »

Il monta ensuite dans un des 6 ascenseurs pour rejoindre le couloir de sa chambre. Il sorti et avança d’un pas rapide et cadencé, comme le militaire qu’il était. Au bout d’un moment, le boy lui fit un signe de la main…

« Nous y sommes monsieur… »

Reney passa la carte devant la porte et on entendis un petit son électronique suivit du son mat de la serrure interne qui se débloque. Il ouvrit la porte et le boy posa les affaires au milieu. Ce dernier resta planté un moment comme ça. Reney compris ce qu’il attendait, il sorti un billet de sa poche et le remis au jeune homme qui salua et sortit aussitôt. Reney jeta un coup d’œil circulaire dans la salle. Une grande pièce aux couleurs chatoyantes, un mélange de rouge, de beige bois, de jaune or… Le tapis recouvrait une bonne partie du sol et semblait impeccable. Il faisait très bon dans la pièce malgré la chaleur dehors, Reney alla voir le compteur clim et remarqua que celui-ci ne tournai presque pas… la pièce était donc bien isolée et avait sûrement été insonorisée pour plus de confort. Tout ceci était parfait, il allait pouvoir commencer son enquête. Mais tout d’abord, il devait prendre une douche : son « entretient » avec le flic l’avait rendu moite de sueur a cause de la chaleur. Il entra dans la salle de bain. Le luxe de la pièce le cloua sur le pas de la porte. Tout été fait en matériaux précieux… Il déposa sa serviette et se dévêtit. L’eau commençait à ruisseler sur sa peau et il sentait son esprit le quitter pour aller vagabonder. Il pensait a tout et a rien, voyageant dans ses rêves… Il en vint tout à coup à ce fameux jour de ses 17 ans et revint très vite à la réalité. Il se jura de retrouver cet homme et de la faire payer, ainsi que son commanditaire. Il eut juste le temps de sortir et d’attraper sa serviette quand son téléphone sonna. Il ferma les yeux et soupira. Mettant la serviette autour de sa taille, il alla cherche l’appareil. Il en ouvrit le clapet et le mis a l’oeil…

« Allo oui ? Reney Surivant a l’appareil… Oui, bonjours mon général… »

Le fait que le général Villard l’ait appelé l’intriguait…

« Que puis je… oui… »

Il ouvrit grand les yeux et son souffle se coupa.

« L’argentine ? Non je n’y suis jamais aller… mais pourqu… Quoi ? »

Ce qu’il redoutait le plus était en train de se produire à ce moment même.

« Mais nous avons un accord… Oui… Je sais que je suis un peu irrespectueux, mais comprenez moi…Oui… Comment ? Protéger une diplomate ? Mais pour quelle raison ?... Hummm… mmm… oui je vois… Le ministère des affaires étrangères… Une histoire d’enlèvement… Mais il existe des sections spéciales pour ce genre d’opération. ; Bien… Je comprends… Vous pourriez envoyer Mickael… Le ministre a demandé le meilleur élément… Oui, je suis flatté mais je ne peux… »

Tous les muscles de Reney se décontractèrent et il alla s’asseoir sur un des deux grands fauteuils en cuir beige…

« Si c’est un ordre… Mais, il y a un problème dans ce cas… Comment vais-je la protégée avec un fusil a fléchettes tranquillisantes ? …… Ah… Oui je vois… Bien, j’attendrai au numéro 27a du Ritz mon général… Bien mon général... Au revoir mon général… »

Il referma le clapet du téléphone et jeta la tête en arrière… Il allait avoir le premier morceau de l’énigme et son état major l’envoie au bout du monde…

Deux heures plus tard, quelqu'un vint frappera sa porte. Reney n’avait pas bougé et il s’était perdu dans ses pensées.

** Peut être est elle jolie…**

Il réagit au bout de la troisième tentative de l’inconnu de se faire entendre. Il se leva et alla ouvrir. Un homme lui donna un paquet et ajouta :

« Bonne chance monsieur »

Il le salua, du salut militaire, puis s’en alla. Le fusil très haute précision était la. Une portée de 3500 m, munitions vrillées avec renfort en kevlar… Tout ce qu’il faut pour tuer un homme sans qu’il entende même la détonation. Le seul problème, c’est que presque aucun homme normal ne peut voir ça cible avec précision a 3500 mètres... Il regarda sur le coté du paquet et aperçut un mot… Il disait :

« La diplomate doit prendre contact avec toi ce soir… Vous partez demain à 7 heures. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://seiiki.frbb.net/
Jade Telliane
Débutant
avatar

Nombre de messages : 22
Age : 31
Localisation : oulà... Paris , Mexico , Madrid ? Londres ? Pffff, je sais plus !
Date d'inscription : 22/07/2006

MessageSujet: Re: [Paris] tout ou rien   Mar 25 Juil - 14:39

Jade se présenta à l'entrée du restaurant privé du Ritz. Le majordome savait qu'elle était diplomate et lui demanda si elle voulait dîner dans une salle privée.

''En fait, je dois diner avec quelqu'un en particulier...''

Elle jeta un coup d'oeil dans la salle presque vide... Mais élégament décorée de tissus rouges et dorés. Peu de gens pouvaient se payer un séjour au Ritz. Elle trouva tout de suite celui qu'elle cherchait. Elle laissa un billet sur le pupitre du majordome et traversa la salle vers l'homme dont on lui avait envoyé une description sur une ligne sécurisé de l'armée. Elle avait d'abord trouvé ça louche mais comme lui avait dit le général, c'était une quesion de sécurité.

''M. Surivant ? Je suis Jade Telliane, diplomate. Enchantée de faire votre connaissance.''
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reney Surivant
Débutant
avatar

Nombre de messages : 14
Age : 31
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 14/07/2006

MessageSujet: Re: [Paris] tout ou rien   Mar 25 Juil - 15:21

Apres avoir lu le mot du général, Reney s’était habillé convenablement pour recevoir cette diplomate avec qui il allait devoir faire connaissance. Il avait mis son costume blanc et ses chaussures noires… Puis après s’être préparé, était descendu dans le restaurant très chic et avait pris place à la table pour deux qui avait été réservée… Il avait commander une bière et avait attendu Deux autre bières était arrivées avant que la jeune femme arrive… Il la regarda longuement….Une jeune femme charmante, mais qui a son goût, semblait trop coincée… Ils n’étaient pas encore partis sur le terrain et déjà, elle avait cet air sérieux des employer de bureau…

**Quelle aubaine pour moi…**

«Reney Surivant… Je suis charger de votre protection durant la mission… Je vous en pris asseyez vous… »

Il la regardait sous toutes ses coutures, essayant de déceler quelque chose… Le restaurant était très calme et il décida d’allumer une cigarette… Il regardait les gens passer derrière et leurs costumes… rouges… Il ne savait pas quoi dire, de peur d’être inconvenant. Il était très frustrer de devoir partir comme ça… Il n’aimait pas ça et cela devait sûrement ce voir… Au bout de quelque second de blanc, qui soit dit en passant, semblai une heure, il pris de nouveau la parole…

« Bon, je vais vous informer de mes compétence et de mon mode d’action… Je suis un commando tireur d’élite… Je suis diplômé et gradé pour fait d’arme ayant servit la France et ses alliers sur plusieurs fronts… Notamment en Afrique ou nous avons perdu beaucoup de soldats. Je suis le premier de mon unité et c’est donc pour cela que j’ai été choisit pour votre sécurité…. Mon mode d’action a présent… Durant notre voyage, vous ne me verrez pas souvent… Je me tiendrai loin de vous et vous couvrirai en cas de danger … Je suis un tireur d’élite qui a comme instruction la couverture, la destruction de cibles a grande distance, assauts de bâtiments et récupération d’otage… J’espère juste que vous ne vous mettrez pas dans de trop gros ennuis car vu l’état diplomatique dans lequel nous sommes avec l’argentine, je ne sais pas si j’aurai la feu vert pour n’importe quel opération… «

Il finissait sa cigarette, Il ne savait pas si ce lot d’info allai la sécuriser ou pas… De toute manière, elle fera avec… Mais lui était gêné… Il sentait quelque chose… Comme si elle ne lui disait pas tout… Il le saurai bien à un moment ou à un autre et pensa qu’il valait mieux se taire et attendre la réponse de la jeune femme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://seiiki.frbb.net/
Jade Telliane
Débutant
avatar

Nombre de messages : 22
Age : 31
Localisation : oulà... Paris , Mexico , Madrid ? Londres ? Pffff, je sais plus !
Date d'inscription : 22/07/2006

MessageSujet: Re: [Paris] tout ou rien   Mar 25 Juil - 15:48

**Bien... maintenant que vous avez fait votre monologue, à mon tour.**

Jade commanda une vodka, se détendit un peu et prit la parole.

''Comme vous l'avez si bien dit, les rapport entre l'Argentine et la France sont assez... tendues. Si bien qu'il est formellement interdit d'apporter des armes là-bas.''

Elle sourit en regard le regard de Reney se durcir. Elle poursuivit sans en tenir réellement compte.

''Donc, Vous ne pourrez pas apporter d'armes. Moi, c'est une autre histoire. Etant diplomate, je ne suis pas fouillée...Ensuite, il y a autre chose qui va rendre mes négociations plus complexes et dont le ministre des affaires étrangère ne m'a pas prévenue. Les kiddnappeurs font parti d'un groupe politique minoritaire. Jusque là, pas de problème. Le problème est que ce parti est composé uniquement de magiciens.''

Elle bu un gorgé de vodka et continua :

''Donc, si ce serait possible, je préfèrerai éviter qu'il y ai des blessés que ce soit chez les filles que chez les ravisseurs. Mais si il n'y a pas le choix... ma foi... ''

Petit silence tendu avant d'ajouter :

''Je n'ai rien contre les magiciens, bien au contraire, c'est pour cela que je dois absolument faire en sorte qu'il n'y ai pas de problèmes majeurs.''

**Et parce que j'en suis moi-même une...**

Elle commençait à ressentr a fatigue... Dieu merci cela ne se voit pas, pensa-t-elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Paris] tout ou rien   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Paris] tout ou rien
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» C'est tout ou rien... aah les hommes...
» tout ou rien......
» Noé # Tu ne m’impressionnes pas tu sais. Sous tes grands airs de j’ai tout vu, tout connu, rien ne m’atteint... Je pense que tu meurs de trouille. Je pense que tu vaux beaucoup mieux que ce que tu veux montrer.
» Les réfugiés
» les effets secondaires des rayon x en radiologie interventionnelle

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Célia, Le Jour ou La Magie s'éveilla :: Plateau de Jeu :: Europe :: France :: Paris-IDF, Lille, Lyon, Marseille-
Sauter vers: